L’ancienne cathédrale gothique de la cité détruite durant la Révolution

La forte dimension hégémonique de l’Abbaye Saint-Vaast permit un fort développement religieux de la ville au Moyen Âge. Cela commence en grande partie à l’époque de ce que les historiens appellent la « Querelle des Investitures » quand les pontifes Grégoire VII (1073-1085) et Urbain II (1088-1099) s’opposent aux souverains laïcs sur le fait d’avoir le droit exclusif d’investir les candidats aux fonctions ecclésiastiques des évêchés et abbayes. Avec la mort de l’évêque de Cambrai le 12 août 1092, les chanoines de Notre-Dame-en-Cité en profitent pour réclamer leur autonomie avec le soutien du Pape. Le diocèse se développe donc par le biais de Lambert (1094-1115) et Alvise (1131-1147).

Un emplacement sur l’ancien Castrum

A proximité des vestiges de Nemetacum, vous trouverez en descendant la rue Baudimont, une place sur la droite qui est celle de l’ancienne cathédrale de la Cité. C’est d’ailleurs en ce lieu que fut enterré Saint-Vaast comme nous l’avons vu par ailleurs. Ses constructions et développements les plus importants remontent essentiellement au XIème et XIIème Siècles. Elle est d’ailleurs totalement réédifiée à partir de 1160 de notre ère alors que l’église rebâtie après 883 brûla en 1030. C’est d’abord l’évêque de Cambrau qui entreprit la reconstruction de cet édifice roman.

Il fallut quatre siècles de travaux avec une longue interruption entre 1250 et 1372. Le transept gothique est achevé à la fin du XIIème Siècle. Il faut attendre la pose des grandes voûtes de trente mètres de hauteur durant l’épiscopat de Hugues de Cayeu (1426-1439). D’une longueur totale de de 116 mètres (Notre Dame de Paris fait 132 mètres), elle sera consacrée le 7 juillet 1484, douze ans après celle de Cambrai. Toutefois, la cathédrale gothique de la Cité d’Arras subit un incendie en 1571 sous François Richardot, un évêque de l’ordre des Augustins qui fut également Chanoine de Besançon.

La destruction de la Cathédrale Notre Dame en Cité d’Arras

Durant la Révolution Française, trois cathédrales furent détruites dans la région de manière similaire. Il s’agit de celle de Boulogne-Sur-Mer, de celle de Cambrai et Notre-Dame en Cité à Arras. Les guerres civiles étaient plus importantes qu’ailleurs. L’ensemble des églises et édifices religieux subissaient cette époque ; L’abbaye Saint-Vaast fut épargnée en raison de sa transformation en hôpital. Entre 1792 et 1793, la cathédrale est en proie au vandalisme. Les pierres sont vendues en particulier par un Hollandais nommé Pierre Vandercoster. Devenue étable, elle est finalement vendue par la municipalité en 1799. C’est à partir de cette date que le palais épiscopal est récupéré pour être transformé en préfecture du Pas-de-Calais.

Napoléon, qui visita d’ailleurs la ville d’Arras en 1802, fit transférer l’épiscopat au Palais Saint-Vaast en 1801 (C’est la naissance de la Cathédrale Notre Dame et Saint Vaast que l’on voit ici en photo d’article). Aujourd’hui, à l’ancien emplacement, il existe l’Église catholique Saint-Nicolas-en-Cité d’Arras.